Carpe Diem

Un p'tit air de Noël

 Quelques photos des préparatifs de Noël à la maison.

IMG_4430 Le sapin blanc, avec juste quelques touches de mauve et de marine avec les décorations en feutrine offertes par Joëlle.

IMG_4429 Sobriété immaculée.

IMG_4431 Coup d'oeil sur les ronds en feutrine brodée de Joëlle et sur mon achat de cette année: une boule (qui casse...) au nom de chacun de nos petits-enfants. C'est une fille devenue copine qui réalise ça à Rouen. 

IMG_4422 Voici ma traditionnelle crèche réalisée à Tahiti et qui tient le coup. Cette année je l'ai placée sous globe. On ne le distingue pas bien sur la photo mais, accroché au bouton, un ange en nacre veille sur la crèche.

IMG_4410 Première série de bredele à déguster entre copines ou à offrir. 

 

IMG_4416 Mes petits bonhommes ont fait sensation. Il est vrai qu'ils sont bien attendrissants à serrer une amande contre leur coeur ! Ce qui ne gâche rien, ils étaient particulièrement déicieux...

20181208_175850_resized Pour le 08 décembre, messe au-dessus de Rouen en l'église de Bon Secours. Des sapins comme ça...moi je craque !

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Chez nos expats

Quelques nouvelles et photos de nos enfants expatriés.

IMG-20181209-WA0003 Rémi a acheté son dernier crocodile. Il devait le manger ce dimanche midi et, en attendant il lui a organisé une dernière petite baignade, avec l'aide d'un copain. Je vous épargne les photos sanguinolantes qui ont suivi la baignade...

IMG-20181209-WA0014 Rémi fêtait son départ avec une vingtaine de copains...et un cuisinier loué pour l'occasion !

IMG-20181209-WA0015 Poulet, tortues, crocodiles, bananes plantain...c'était délicieux, paraît-il ! IMG-20181209-WA0018 Je reconnais que c'est tentant !

IMG-20181209-WA0016 Ambiance décontractée.

IMG-20181209-WA0013

IMG-20181208-WA0034  Rémi s'est fait un nouveau copain, ce we. 

IMG-20181208-WA0036 Un jeune hippopotame !

IMG-20181208-WA0032 Expérience de rodéo peu orthodoxe. Pas sûr que Brigitte Bardot apprécierait !

IMG-20181208-WA0033 Profite, profite...encore 1 we au Congo puis c'est le retour !

IMG-20181208-WA0014 Notre 2 ème expat, Arthur, la barbe en moins.

 

IMG-20181207-WA0004 Les bureaux de son entreprise de parfum ont déménagé il y a une semaine pour se rapprocher encore un peu plus du centre de Genêve et de l'appartement d'Arthur.

IMG-20181208-WA0015 Ouahhh !

IMG-20181208-WA0016 Quelle sobriété !

IMG-20181208-WA0017 J'aime beaucoup le blanc mais là, ça manque un peu de chaleur, non ?

IMG-20181209-WA0005 Ce we, notre Arthur est rentré au pays pour aller voir ses cousins lyonnais, Sébastien et Maïn. Ici chez Seb et Victoria qui ont aménagé, il y a peu dans leur bel appartement.

IMG-20181209-WA0007 C'était le we du 08 décembre où la fête des Lumières rivalise avec la fête de l'Immaculée Conception.

IMG-20181209-WA0010 Comme chaque année, de somptueuses réalisations lumineuses.

 

IMG-20181209-WA0011 De Kinshasa à Genève en passant par Lyon, le we a été bien agréable pour vous, les garçons !

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Petits billets de Novembre-suite

IMG_0368 (zygopabstia Plougastell)

Le 16

Qui ne connait la Canopée ici…Cette serre d’orchidées vient de se distinguer une nouvelle fois. Ses propriétaires Mr et Mme Berthelemy viennent de créer une orchidée du nom de ; « Zygopabstia Plougastell »au parfum délicat de narcisse et de poivre. Ce nom a été déposé à la Société Royale d’horticulture à Londres. C’est en croisant deux orchidées de leur collection, originaires du Brésil, qu’ils ont obtenu une nouvelle fleur. Les dominantes pourpre et violet de ces fleurs rappellent les tons de couleurs du costume de Plougastel. Les Berthelemy ont déjà été primés à plusieurs reprises, pour ses décors ainsi que les plantes, lors du Congrès européen des Orchidées à Paris. Les visiteurs de la Canopée connaissent l’attachement des créateurs pour la langue bretonne. Plusieurs créations portent déjà des noms bretons d’où les deux l de Plougastell.

Le 17

Ce matin, j’ai apporté des hortensias pour la décoration florale de l’église, que j’ai laissée à mes deux compagnes, pendant que j’allais chanter à l’oratoire. Elles ont fait un très joli travail, qui a ravi Mark qui descendait de l’orgue, lorsque je suis allée voir leur œuvre vers midi. Il a même pris une photo me rappelant qu’il en avait déjà fait d’autres fois en passant. C’est son côté artiste qui s’exprime. Les couleurs d’automne dans le soleil étaient magnifiques.

Le 18

Juste le temps d’embrasser les filles et Sébastien avant de filer au RV pour Quimper. Tonton, le parrain de notre Chef de Chorale, 90 ans est du voyage. Tous les choristes sont installés sur un plan incliné de fortune derrière l’autel. L’avantage est que nous aurons une vue épatante sur la cérémonie. Le filage se termine dans le brouhaha de l’assemblée qui arrive et s’installe. Superbe célébration qui dure près de 2h 30. L’apéritif, un verre de cidre et quelques petits gâteaux secs, se déroule au Lycée privé du Likes. A 19h il est temps de reprendre la route qui sera mouvementée à cause de travaux et des gilets jaunes. Arrivée au bercail vers 20h, fatigués mais contents d’avoir revu tous nos anciens curés, et une multitude de visages connus : bref une vraie fête de famille bien réjouissante

Le 19

Je me prépare pour l’intervention de demain.

 Résultat de recherche d'images pour "opération cataracte" 

Le 20

Debout 6h30. Arrivée du taxi à 8h20 : un remplaçant. Puis c’est la galère pour atteindre l’hôpital des Armées : Brest bouchonne partout avec les gilets jaunes qui s’ajoutent à hyper circulation du matin. Nous arrivons juste, juste, à l’heure ; mais je suis débarquée à un mauvais endroit qui m‘oblige à courir dans les allées de l’hôpital. J’arrive complètement essoufflée dans le service, où je vais attendre un bon moment, avant d’être conduite dans ma chambre occupée déjà par deux mamies. Puis viennent les soins préopératoires. C’est encore l’attente… puis la conduite au bloc, où l’anesthésiste constate que le cathéter ne marche pas : il faut en poser un autre. Bref, tout ceci fait monter ma tension.  Je pensais être détendue…mais j’ai entendu en fin d’intervention le terme « hypertendue » !...Enfin c’est l’installation en salle de réveil, bien que ce soit une opération sous anesthésie locale. Je me retrouve enfin dans ma chambre avec une mamie supplémentaire. Tout ce petit monde mange de bon appétit à une heure bien tardive pour le déjeuner de midi. La sieste est bien appréciée après toutes ces émotions. Contrôle de ma tension à plusieurs reprises, d’autant que je me retrouve avec un œil d’albinos, contrairement à mes camarades de chambrées.

Le 21

J’ai appréciée l’ambiance pleine de sagesse et d’humour de ces mamies. J’ai d’ailleurs fait le voyage de retours avec l’une d’elle. Comme ma conductrice de taxi était débordée et coincée dans les embouteillages, elle a accepté la proposition d’aide d’une collègue qui devait passer par ma ville. Ce petit détour arrangeait bien l’autre passagère, qui habite dans un lieu assez retiré. Elle ne savait pas où prendre les médicaments prescrits pour les trois semaines qui viennent. Nous avons donc de concert fait un passage à ma pharmacie avant de nous quitter devant la maison bleue. D’après ce que j’ai compris les chauffeurs de taxis sont actuellement débordés dans le coin. Ce matin réveil spontanée à 6h pour les premières gouttes de la journée. Les suivantes vers 14h et les dernières 22h. J’ai toujours mon œil d’albinos mais je vois très bien les couleurs beaucoup plus vives.

Le 22

Mon œil commence  reprendre une couleur normale, mais Marie-Françoise va assurer ma permanence au presbytère : j’ai accepté sa proposition d’aide. Je m’occupe dans la maison en bénissant le Seigneur pour cette grande fraternité des finistériens. Nous tenons le rythme des trois huit avec Mimi ; l’infirmière de l’hôpital était dubitative à tort.

Le 23

Je suis sortie un peu pour aller jusqu’au récupérateur de verres et au jardin jusqu’au composteur, mais l’air vif fait couler mes yeux. Je m’occupe donc dans la maison. Résultat de recherche d'images pour "pain" 

Le 24

 Je suis épatée de voir le nombre de personnes qui changent de profession. Un fonctionnaire s’amusait à pétrir pour le plaisir et distribuait ses créations à ses proches sans autres formes de publicité. C’est devenu une passion au point de tout lâcher pour faire une formation et de s’installer comme professionnel. Il officie chez lui d’où le terme de « Boulanger masqué ». Il ne propose que des pains bio de toutes sortes, au marché le jeudi et sur commande. Il habite à 800m d’ici et ne travaille que sur commande pour viser le zéro déchet. Bravo aussi à Bénédicte qui s’investit dans une partie de la profession de mes parents : la réfection des fauteuils et chaises.

Le 25

Messe célébrée par notre curé assisté de notre nouveau diacre. Un pot nous attendait au fond de l’église à la fin de la célébration. Quelle assemblée sympathique pour la fête du Christ Roi qui clôture l’année liturgique ! Sébastien, Cécile et Kim m’attendaient avec Michel pour le déjeuner : un bon pot au feu en plat de résistance. J’ai fait l’inventaire de mon armoire avec Cécile et Kim qui a trouvé son bonheur dans d’anciens vêtements : la mode est un éternel recommencement. Comme je ne porte guère de bijoux, elle a hérité des fantaisies qui vont avec et que je ne porte plus. Je suis ravie de vider les penderies en faisant plaisir. Quant à Cécile elle a trouvé à son goût mon premier panier en osier pourtant raté, des boites de thé vides et des pots « le parfait ». Super !

Le 26

Dernier jour de soleil, aussi je suis allée un peu au jardin m’occuper du bois que je rentre petit à petit dans la véranda pour le faire sécher car nous n’avons pas d’abri pour lui à l’extérieur. Le maire de la petite cité voisine de Loperhet, qui fait partie de notre ensemble paroissial, ne va pas briguer de cinquième mandat. Il veut laisser la place aux jeunes bien qu’il ait apprécié de travailler avec une équipe municipale très sympathique. Cependant, « le constat que je regrette, c’est l’agressivité des gens, leur impatience ou leur incompréhension. Chaque jour, j’ai 70 mails à traiter. C’est le rôle d’un maire de privilégier la paix sociale et ce n’est pas toujours facile. On doit s’efforcer d’échanger et de dialoguer dans le respect réciproque, sinon quelle image donnerons-nous à notre jeunesse ? » Je suis bien d’accord avec lui et Je suis triste du manque de respect pour tous nos élus L’Ironie, qui n’a rien à voir avec l’humour, et la grossièreté n’apportent rien de bon pour la démocratie. Je suis étonnée que certains ne comprennent pas cela, qui est pourtant le B A BA du vivre ensemble, de la civilité.

Le 27

Il pleut sans arrêt depuis ce matin, j’ai donc juste mis le nez dehors pour aller à la boulangerie. Visite pour le plaisir de se voir (David)  et coups de fil ont égayé l’après-midi, dont celui de l’hôpital pour l’intervention de Jeudi. Longue conversation en particulier avec JP.

Le 28

La pluie en continu assombrit la journée qui pourtant s’émaille de joie : visite en coup de vent de Joëlle, toujours débordée. J’essaie de faire du vide !... A qui vais-je proposer la vie de St François en breton ? A MF, c’est la seule qui le parle à peu près couramment. Cette lecture lui sera un exercice ; une bible ancienne va rejoindre le groupe de prière. Il faut se creuser les méninges pour trouver à qui donner. « Breiz bocage » se décarcasse, comme dirait Ducros, pour sauver les haies arborées et faire renaitre les talus afin de protéger les rivières et l’eau qui risque de manquer. Ceci a un coût, aidé par le programme de financement du fonds européen agricole pour le développement rural. En effet pour refaire 103m de haie bocagère chez un agriculteur, il a fallu un apport de 450m3 de terre et planter des noisetiers, chênes, châtaigniers. Cependant 1% du bocage disparait en Bretagne tous les ans. Aussi le syndicat mixte du Trégor s’investit dans ce programme agroforestier. Ces arbres de haies bocagères servaient auparavant en priorité à fabriquer des meubles. D’où ceux si jolis en merisiers et poiriers d’Ille et Vilaine. Les chutes servaient pour le chauffage. Replanter participe donc à un futur circuit court de bois.

Le 29

J’anticipe pour demain où je risque de ne pas voir grand-chose en sortant de l’hôpital. Je suis heureuse de cette nouvelle idée mise en pratique par une ancienne infirmière : elle a racheté un car déclassé et l’a fait aménager en espace de cinq chambres et salles de bain, à louer à des particulier pour des fêtes de famille : un hôtel à domicile et itinérant, style camping-car. Le recyclage est en bonne voie et cela ne fait que commencer !

Le 30

Tout c’est bien passé mais j’ai un hématome au coin de l’œil, ce qui peut arriver. Pour le reste tout est OK. Mimi est devenu mon infirmier, il me met les gouttes dans les yeux trois fois par jour. Malgré le soleil, je reste à la maison, un coup d’air dans l’œil n’arrangerait pas les choses. Hier, toujours à quatre dans la chambre, nous avons eu des angoisses post-opératoires : l’une des patientes qui avait déjà perdu un œil lors d’une chute, contrairement aux trois autres mamies, dont je faisais partie, qui voyaient à travers une sorte de nuage blanc, ne voyait rien. C’était le noir complet. Elle avait déjà fait deux malaises en salle de réveil dus probablement au stress. Finalement au bout d’une demi-heure, elle a commencé à voir une lueur puis à distinguer des formes : quel « ouf » de soulagement ! Le personnel a beau dire : c’est normal, il y a de quoi angoisser !! … J’en étais malade de peur pour elle. On se sent bien impuissant, mais il reste la prière… Nous sommes rentrées par le même  taxi, car c’est une ancienne cliente de Michel qui habite le coin. Pour mes deux brefs séjours à l’hôpital, j’ai donc eu quatre chauffeurs différents ! Heureusement, ils s’arrangent bien entre eux. Béni-soit le Seigneur.

Résultat de recherche d'images pour "taxi"

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Petits billets de Joëlle de Novembre

 

Le 1° novembre

Avant de monter à l’église pour une ultime répétition chorale avant l’office, j’ai dû ramasser sur le trottoir un chapelet de crottes de chien ! Ce fût le moment de me remémorer les béatitudes en particulier « Heureux les doux car ils obtiendront la terre en héritage ». Ce n’est pas de me courber vers cette terre qui  m‘importe, mais l’incivilité des gens me révolte. La chorale, réduite à sept, a animé de tout son cœur la célébration. L’après-midi avec Génia et Vincent, nous sommes allés au Breuriez de la chapelle de Notre-Dame de la Fontaine Blanche, celui de notre quartier, dans l’espérance pour eux d’acheter des pommes. Las, André nous a expliqué que les vergers produisent beaucoup une année sur deux. Cette année néfaste s’est doublée d’un temps exécrable au printemps, et d’une pénurie sévère de pollinisateurs, d’où une récolte minime pour sauver la fête de toussaint. 

Le 2

« Vert le Jardin », en la personne de son fondateur et une permanente (que je connais de vue et vise et versa) sont venus ce matin récupérer le Châtaignier. Ils sont très contents et se sont extasiés devant la beauté de l’arbre, qu’ils ont déterré en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et placé dans une lessiveuse. Ils vont le mettre un peu en jauge avant de le replanter. Mr Michel Campion m’a expliqué  que l’on peut couper les grosses racines lors d’un transfert, mais il faut impérativement préserver les radicelles car ce sont elles qui vont faire repartir l’arbre. Ils ont emporté en sus un petit laurier et un frêne. Je leur réserve pour un peu plus tard  un cerisier de cette année. Je leur ai offert de venir prendre toutes les fleurs qu’ils désirent car elles prolifèrent allègrement. Ils ont trouvé mon composte super beau et m’ont dit que les jardins partagés de Goarem-goz en manque. Michel m’a assuré qu’il va garder notre adresse dans sa mémoire. Vincent est parti ce matin, Génia et Sacha partent en début d’après- midi avec Nathalie pour leur fiesta des cinquantenaires. 

IMG_0331

Le 3

Je reviens sur notre breuriez. L’instigateur et animateur, Loïc, vit dans la nostalgie des siècles passés : « Le Gwezenn an anaon » c’est la tradition des traditions à Plougastel. S’il y avait jadis un moment de cohésion entre les gens, c’était bien ce jours-là quand tout le monde se retrouvait autour de l’arbre ». Il en a l’aspect extérieur avec ses cheveux longs et porte le costume comme nous mettions notre habit du dimanche dans notre jeunesse. La célébration s’est déroulée en breton, sauf la lecture de qohéleth et l’évangile dans les deux langues. Les chants religieux m’étaient connus grâce à la chorale, mais ignorés des deux tiers de l’assemblée présente. Celle si se composait tout au plus d’une quinzaine de paroissiens pratiquants, d’un certain âge, le reste de bretonnants  et d’adeptes de l’école Diwan, d’écolos amoureux des traditions venant de la culture celte. A mie-célébration après avoir cité Roger, notre ancien sacristain décédé dans l’année et ancien habitant du village, Loïc nous a fait déserter la chapelle pour nous rendre près de la fontaine, à l’origine un lieu de culte druidique. Le  buste d’une statue de déesse de la fertilité y a été découvert il a plusieurs années. Les porteurs  des deux arbres à pommes, faits de bois de houx piqué de pommes, ont donc tourné trois fois autour de la fontaine avant la distribution des petits pains (dits autrefois petits pains des morts) et des pommes. L’argent récolté lors de la quête va aller cette année au CCFD. La jeunesse bretonne qui ne met plus guère les pieds à l’église renoue avec les traditions ancestrales. (Un article est paru dans Ouest-France du dimanche) Image associéeLe 4

Il pleut depuis ce matin. Aussi je regarde avec intérêt l’émission « vente directe, du champs à l’assiette » sur la 5. J’y apprends en particulier que le marché de Grabels est le top, grâce à ses étiquetages éthiques colorés. La révolution alimentaire me semble en bonne voie, malgré les essais de récupération de la grande distribution. Mais j’y apprends également que la fraude se glisse aussi dans ce courant, par manque de législation sur le bio : Un éleveur de cochons noirs, dont la notoriété commençait à s’étendre, s’est fait volé son identité en image (photo récupérée), par un malfrat et a failli tout perdre, car les produits vendus par l’intrus était loin de la qualité espérée par le client. Heureusement la gendarmerie a trouvé le coupable. (Je pense alors à la parabole du bon grain et de l’ivraie : nos amis les gendarmes ont joué le rôle du moissonneur) Alléluia ! Je reste toujours aussi étonnée devant ce genre de prédateur.

Le 5

Grâce à une éclaircie en début d’après-midi samedi, David a tondu la pelouse une dernière fois avant les » miz du », les mois noirs ou sombres, qui arrivent. Il va pouvoir couvrir ses buttes avec ce mélange d’herbe et surtout de feuilles mortes. Une petite partie est allée dans mon composter. Une odeur de fumée de bois nous chatouille agréablement les narines. Pour l’ordination de William nous apprenons un nouveau Notre Père, celui du Père Thomas l’Ospital, qui sera par la suite chanté dans la paroisse.

Le 6

Après l’humidité d’hier cela fait plaisir de voir le soleil. Comme je n’ai pas pu me rendre à la répétition du « Notre Père » samedi, je l’écoute sur l’ordinateur un peu en bouche pour bien le mémoriser pour la prochaine répétition samedi. Les montants de mon panier en osier et un certain nombre de brins ont trempé toute la semaine dans l’eau. J’espère qu’ils sont restés souples…J’ai fini le panier, mais j’ai bien été aidé par une élève, notre moniteur étant parti à 16 à son cours de dessin. Mon ouvrage  n’est pas extra, mais il parait que c’est toujours ainsi pour les premières oeuvres. L’important étant d’apprendre la technique, ensuite vient l’esthétique. Pour l’heure, je manque de force dans les doigts et me retrouve avec des bleus, tellement il faut souquer sur les brins d’osier. Avec la pluie qui tombe il sera plus facile de les garder humides durant la semaine.

Le 7

Le sol est détrempé par les trombes d’eau. J’ai pu, malgré une atmosphère maussade, me rendre à la médiathèque me fournir en lecture, bien appréciée par les temps qui courent. Ma fraternité franciscaine se réduit et risque de ne plus exister, la santé de ses membres qui vieillissent laissant à désirer. Résultat de recherche d'images pour "mary lester" 

Le 8

La vie se réfugie dans la maison cocon. Heureusement, le téléphone marche bien pour les nouvelles. Je compagnonne avec « Mary Lester ».

Le 9

Je me suis couchée de très bonne heure : 21h, j’ai lu un peu et ensuite éteint la lumière. J’ai dormi quasiment toute la nuit, mieux que depuis bien longtemps. Donc, la télé ne favorise guère le sommeil. Je vais attendre de l’expérimenter plusieurs fois avant de crier victoire. L’église, qui a été reconstruite avec du sable qui laisse à désirer, fabrique du salpêtre à haute dose. Des travaux ont dû être entrepris pour l’éliminer des murs. Les lieux sont fermés pour deux jours dans un premier temps. J’ai donc trouvé porte close ornée d’un bel avis, en allant faire ma garde. Je m’arrête en effet un petit moment à l’autel de la Vierge avant de gagner le bureau du presbytère. Alors, Je suis passée au cimetière magnifiquement fleuri, où j’ai relevé moult compositions renversées par le vent méchant.

Le 10

Je me cherchais une raison de remettre le nez dehors, car il me faut monter deux fois par jour dans le centre bourg pour faire ma demi-heure de marche quotidienne. Ce matin j’étais à la répétition de chorale au presbytère où Annie nous a préparé un livret de partitions pour L’ordination diaconale. Or un mail de la médiathèque m’attendait, m’indiquant que mon livre réservé était arrivé. Epatant ! Aller vers les autres, n’est pas vivre la fraternité ? Au retour, j’ai donc fait la guide touristique sur l’agora car se repérer sur les photos anciennes exposées n’est pas évident avec les destructions survenues pendant la  guerre. Les guirlandes de petits drapeaux sont déjà en place pour la fête de demain. La messe exceptionnellement à lieu à 10h. En effet, l’église accueille pour l’office les associations d’anciens combattants avant la cérémonie au monument aux morts. Fasse le ciel qu’il ne pleuve pas trop cette nuit ! Résultat de recherche d'images pour "monument aux morts plougastel" 

Le 11

Le temps est clément en ce jour du souvenir. Belle messe avec 11mm de silence à 11h pendant que les cloches sonnent. Nous quittons l’église pour la place du monument au mort pour la cérémonie civile. Les noms des 116 morts de notre petite ville sont égrenés par les enfants des écoles ; puis c’est le pot en mairie où je croise en autres personnes le propriétaire du jardin où je vais cueillir du buis quand j’en ai besoin. Or Génia m’a demandé une jardinière avec du buis bicolore. Je lui ai donc annoncé mon passage dans sa propriété, qui ressemble maintenant à une forêt vierge. Depuis le décès de ses frères, il n’a guère le goût du jardinage ou plutôt du débroussaillage.

Le 12

Les pots en mairie sont toujours un moment de retrouvailles et d’échanges. C’est ainsi que Sophie, accompagnée de Katell que j’ai connue petite fille au début du renouveau à Brest, m’a raconté ses avancées en matière de scoutisme. Elle persévère malgré la difficulté de recrutement tant des enfants que des accompagnants ? Beaucoup de familles ignorent ce qu’est le scoutisme. Je les ai encouragées, et proposé mes services pour les introduire auprès de personnes qui peuvent les aider. C’est le rôle des ainés.

Le 13

Comme le temps le permettait, j’ai jardiner un peu, bien que la terre soit très lourde d’humidité, dans le carré des framboisiers où les mauvaises herbes s’épanouissaient allègrement, ainsi qu’un multitude de petits arbres dont les graines sont distribuées par les oiseaux. Quand j’aurais terminé cet espace je vais y mettre du compost et pailler avec des feuilles mortes. Je monte cet après-midi à la vannerie pour faire un nouveau panier.

Le 14

Après les actualités, j’ai regardé une émission pour moi inhabituelle : « Ca commence aujourd’hui » Car les invités étaient des aristocrates La princesse Marie-Caroline de Bourbon-Sicile et ses deux filles, le prince Charles-Henri de Lobosvitch et Une aristocrate sans titre particulier. Ils ont parlé des valeurs de ces grandes familles qui pour eux n’en fait qu’une, car ils se connaissent tous. J’ai beaucoup aimé : la valeur de la famille, le travail, la simplicité, la religion avec l’exercice de la charité. Le rejet de la frivolité si développée à notre époque. J’ai retrouvé l’ambiance, si chère à mon cœur, de mon collège de L’Adoration.

Le 15

Hier soir, je me suis régalée, ainsi que Mimi, une nouvelle fois avec l’émission « des racines et des ailes » Que la France est jolie, vivante. Je suis épatée par les initiatives des jeunes en province tels ces jeunes éleveurs de moutons qui ont remis en marche la filière laine, du début jusqu’à le vente des vêtements confectionnés. Comme Isabelle avec sa laine d’alpaga. Et çà marche ! J’essaie de travailler un peu chaque jour au jardin. Hier j’ai terminé le coin des framboisiers : sarclé, replanté de nouveaux plans pris ailleurs dans le jardin, et pailler avec des feuilles d’arbres que j’ai ratissées sur la pelouse. J’étais assez contente de moi. 

IMG_0366

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Entre joies et peines

Résultat de recherche d'images pour " personne âgée marchant avec une dame"Alors que je marchais en ville, je croise 2 dames. La 1ère, très âgée, s'appuyait sur le bras de la 2de qui devait avoir à peu près mon âge. Sans doute la mère et la fille et leur complicité, leur affection semblaient évidentes. Elles discutaient en riant. Comme j'aimerais moi aussi déambuler dans les rues à la recherche de présents pour Noël, ma vieille maman pendue à mon bras...Cela fera 13 ans, le 24 décembre que Maman nous a quittés sans nous prévenir, à l'âge de 74 ans.

Joie et enfance

(Photo du frère Philippe Verdin toujours émerveillé à 3 ans)

"J’ai été l’enfant le plus heureux du monde. Tout m’était bonheur : la tendresse de mes parents, l’attention de mes sœurs aînées, les jeux sans fin dans le grand jardin, dans les bois et dans la cour d’école, la musique qui égayait chaque pièce de la maison. Mon univers fut l’émerveillement étonné, l’assurance éblouie d’être aimé. Plus tard, le monde enchanté des livres, des contes et des romans a nourri de magnifiques rêves éveillés, rêves de sainteté...

J’ai toujours su que cette joie de chaque instant était un don, un cadeau merveilleux, une grâce lumineuse dont je n’étais pas digne, une chance inestimable que je n’avais pas méritée. Pour entrer dans le Royaume de Dieu, il faut redevenir cet enfant, confiant dans la miséricorde du Seigneur. Pour affronter la vie d’homme, il faut communier avec l’enfant que nous avons été, il faut s’appuyer sur la joie de l’enfance, cet âge béni où tout et rien sont merveille. Notre enfance est notre patrimoine pour la vie.Aujourd’hui, quand je dis des paroles blessantes, quand mon cœur se gonfle de mépris et que ma bouche dessine un rictus mauvais, le petit garçon que je fus me regarde avec consternation. Mais quand je loue le Seigneur pour ses bienfaits, quand je partage ma joie avec des dépressifs ou des personnes fatiguées, le petit Philippe de jadis est fier de moi. Il revit en l’adulte que je suis dorénavant.
C’est la magie de Noël : la fête de l’enfant-Dieu permet cette métamorphose, réalise ce flash-back : nous redevenons l’enfant grave à la messe et joyeux quand il gambadait dans les fleurs du printemps parmi les sauterelles et les grenouilles. En ce temps d’avent, nous pouvons retrouver cette grâce de notre enfance. Il suffit de laisser déborder l’Esprit Saint, qui se souvient avec espièglerie de nos prières d’enfant et de notre juvénile clairvoyance." Frère Ph. Verdin dans Avent dans la Ville


Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Bricolage de l'Avent

L'Avent est à peine commencé que les petites mains s'agitent pour décorer la maison et aider à patienter...

IMG-20181202-WA0016 Marius décore un sapin avec un rouleau de mousse et de la peinture.

IMG-20181205-WA0003 Pendant ce temps là, ses parents ont installé leur très belle crèche où Marie est en attente du Sauveur.

 IMG-20181130-WA0002 Armand ne participe pas encore au bricolage mais ça le fait bien rire !

IMG-20181128-WA0001 Jean et Bertille ont aidé leur maman à confectionner de jolies étoiles à suspendre. 

IMG-20181129-WA0001 Bel ouvrage cousu par Héloïse ! Un calendrier de l'Avent haut en couleur et bien minutieux.

IMG-20181129-WA0000 Sous le calendrier, le coin prière a été aménagé pour accueillir la crèche reposant sur un lit de mousse. Une autre crèche, en papier cette fois (?) va accueillir chaque jour un personnage découvert dans la pochette du jour.

IMG-20181204-WA0029 Zénaïde, quant à elle découpe des figurines en pate durcissable "maison" avec des emporte pièces.

IMG-20181204-WA0030 Elle n'a pas oublié les petits trous pour les suspendre ! IMG-20181205-WA0005 Autre réalisation: un sapin avec des gommettes.

IMG-20181203-WA0009 Sa maman a installé la crèche sous globe au-dessus de la cheminée. Admirez aussi la jolie couronne réalisée par Pauline à partir de plumes, d'étoiles en feutrine grises et de flocons de neige blancs !

IMG-20181130-WA0003 Autre réalisaton de Pauline: le calendrier de l'Avent dont chaque pochette contient une friandise et une petite carte avec un effort à faire.

BRAVO à chacun pour ces belles idées et ces magnifiques réalisations ! 

Bon chemin vers Noël  et bonne fête de la St Nicolas !

 

 

 

 

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Naissance le 03 décembre

47271086_2234361409910474_526242220857098240_n

Nous sommes très heureux d'accueillir ALOÏS sur cette Terre encore plus belle en ce temps de l'Avent !

Bravo à ma nièce Blandine, à son époux Alexis et à sa petite soeur Albane !

 

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Visite de Chartres

Une p'tite visite de Chartres ? Visite dédiée à Pascale, pour Péguy...

20181124_163020_resized Un rayon de soleil entre 2 averses.

 

20181124_163125_resized Quelle oeuvre d'art !

20181124_163110_resized Un des proches.

20181124_163005_resized Fin de journée et soleil rasant...

20181124_160203_resized Emouvant.

20181124_155709_resizedDes balisages nous rappelent qu'un des chemins de St Jacques entre Paris et Tours passe par Chartres, haut lieu de pèlerinage.

20181128_100128_resized_1 Au détour d'un carrefour, St jacques nous surprend.

20181125_151301_resized Le quartier ancien de Chartres date du Moyen Âge. Des maisons très anciennes mais très sombres aussi.

20181125_151309_resized Un peu partout, des lavoirs bordent l'Eure.

20181124_170818_resized Beaucoup de charme, même en cette saison mais on imagine le même coin au printemps ou en été...

 

20181124_165947_resized Des maisons plus récentes et plus bourgeoises ont fait leur apparition. C'est charmant ce petit pont !

20181124_165543_resized Toujours dans le même quartier, la rue de la Grenouillère ! Dédicace à mes beaux-parents dont leur rue porte le même nom...

 

20181124_165626_resized C'est une adorable rue dont certaines maisons sont couvertes de fleurs.

20181124_165400_resized Autre rue, rendant hommage aux prètres ayant habité l'ancien presbytère.

20181125_144134_resized Dans les rues piétonnes, une bien jolie boite à livres installée dans une bibliothèque.

 

20181125_144114_resized Encore une belle surprise avec cette bécane fleurie... C'est un film adhésif collé sur le cadre. Bonne idée ! 

20181124_112048_resized Beau spectacle au marché aux fleurs avec ces splendides couronnes joliment posées dans une cagette carrée! 

20181124_142959_resized Pour terminer la ballade, une photo de chez Pauline et Tim avec ce coin du salon particulièrement harmonieuse et cosy !

Merci pour le bel accueil !

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

A Chartres

Retour de Chartres où j'ai passé presqu'une semaine. JF, lui n'y a passé que le week end. 

IMG-20181127-WA0000

Pauline et Tim nous avaient demandé de venir garder Zénaïde pour se rendre à Venise en amoureux !

20181124_154205_resized A Chartres (et ailleurs ?) on peut louer des vélos à l'année. Nous avons pu profiter des leurs pour nous rendre en ville. On peut se garer en hyper centre en 5 mn !

20181124_113552_resized Câlin ou fatigue ?

20181124_111255_resized Joie de découvrir cette belle ville. Ici, les halles où s'est tenu un marché le samedi et une brocante le dimanche !20181124_170831_resized Promenade dans le vieux quartier en bord de l'Eure.  

IMG-20181127-WA0001 Joie de coiffer chaque matin les cheveux de Zénaïde avec des tresses ou des kikis !

 

20181129_084828_resized_1 Zénaïde est une vraie maman poule avec sa poupée et c'est tellement mignon de la voir lui donner le biberon ou la bercer ! Petite couverture réalisée durant mon séjour avec un reste de grosse laine.

20181129_151035_resized_1 J'ai pu découvrir la crèche où Zénaïde se rend 2 fois/semaine. Elle est ravie !

20181127_123037_resized Quand Zénaïde était à la crèche, nous avons pu faire les magasins (il y a une grand centre piétonnier) et savourer de vrais "repas de filles" ! ici, une assiette avec d'excellents scones "maisons" salés, des petits gratins de légumes délicieux et plein d'autres bonnes choses. En dessert, un cake au speculos avec un coeur coulant et un dessus croustillant...hummm !

20181128_173014_resized Pour ceux qui l'ignoreraient encore, Pauline et Tim vont donner une petite soeur à Zénaïde au mois de mai ! Elle aura juste 3 mois de moins que la petite fille d'Héloïse et Guillaume.  Joie dans les coeurs !

 

 

Posté par courzac à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

C'est le temps de l'Avent !

ça y est, nous y sommes ! Nous entrons dans ce beau temps de l'Avent qui nous mène à la naissance de notre Sauveur ! Quelle joie !

Comme chaque année, les Dominicains nous proposent de nous accompagner sur ce chemin de conversion au moyen de leur site, ici. 

Et le texte de méditation de ce samedi me sied à merveille !

Résultat de recherche d'images pour "couronne de l'Avent" 

"Il y a bien des occasions légitimes de pleurer et de se lamenter : le monde va mal, les hommes sont fous et méchants, la planète est malade, l’avenir est sombre, notre vie est pleine de ratages, de déceptions, pauvre en amour, mais riche en trahison, souffrances, défaillances de santé.

Mais le temps de l’avent  nous invite à une conversion. Une conversion en trois temps pour accueillir la joie que Dieu veut nous offrir à la crèche. 
D’abord, faire mémoire. Célébrer les moments où le souffle chaud et enivrant de la joie nous a enveloppés, nous a soulevés dans un bonheur inoubliable. C’est souvent dans notre enfance qu’il faut chercher ces moments de pur bonheur, de joie émerveillée.
Ensuite, ouvrir nos yeux et nos oreilles pour voir ce que la grisaille veut nous cacher : les gens sont plus beaux qu’on ne croit. Le monde recèle des merveilles. Dans la routine d’une journée banale, une mélodie du bonheur joue peut-être en sourdine. Enfin, partir à l’exploration de notre cœur. Dieu y a enfoui un trésor. La joie ne demande qu’à sourdre en nous. Au plus profond de notre être, il y a la joie de se savoir connu par Dieu, aimé de lui, capable à notre tour d’aimer, de danser, de jouer, de rire, d’avoir un regard bienveillant sur les autres.
La joie est un choix. L’avent est le moment privilégié pour développer en nous toutes les potentialités de la joie que contient un cœur vaste. Avec l’avent est venu le temps de l’insurrection de la joie. C’est par la joie qu’on peut commencer à changer le monde. C’est par la joie de l’avent qu’on peut commencer notre métamorphose de sainteté. "

Père Philippe Verdin

Couvent St Jacques à Paris

Bonne entrée dans l'Avent à chacun !

Posté par courzac à 05:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]